a

Aperiri vivendum has in. Eu fabellas deseruisse mea, hinc solum tractatos vim ad, ut quem voluptua nam. Ei graeci oblique perci.

Recent Posts

    Sorry, no posts matched your criteria.

Ose Ta Santé

Coup de Gueule #4 Motivation….manipulation: même combat

Les signes de violence et de maltraitance du monde sont de plus en plus anxiogènes.

Ils se manifestent dans tous les domaines de notre quotidien.

Ce que l’on ne veut pas voir, c’est qu’ils prennent racine dans l’enfance. Et c’est un cercle vicieux qui se réitère depuis la nuit des temps.

Si un enfant est maltraité, en manque, dans un environnement où il n’a pas appris autre chose que ce que les adultes offrent à leur progéniture, l’enfant deviendra un adulte blessé. Il reproduira plus ou moins ce qu’il a appris, ou manquera de ce qu’il n’a pas reçu.

Il grandit dans l’aliénation de ce qui est sa véritable nature.

il peut:

  • devenir un adulte aliéné de la nature et la détruire. être aliéné des autres humains et perdre confiance en l’autre, et induire des mécanismes de mise en place de maladies physiques et mentales.
  • être aliéné de son travail : ses activités perdent du sens, sa créativité n’a plus de raison d’être, et il déprime, et remplace alors le manque de sens dans ce qu’il fait par des comportements compulsifs d’achats, d’objectifs, de possessions, de pouvoir…qui ne compensent rien.
  • ou aussi s’aliéner de lui même, perdre le sens de son intuition et de ses responsabilités.

Ainsi, il s’éloigne de son enfant intérieur, né avec tout ce qui est nécessaire pour ressentir et percevoir, avec la connexion à ses tripes, à son instinct.

L’éducation et le conditionnement des adultes vont le distancier de tout ce qui est vivant en lui. Ils vont lui dire ce qui est bien et mal, là où il doit avoir peur, lui expliquer ce qui est dangereux, ce qui est vrai ou faux, et lui instiller leur vérité.

Et l’adulte devient addicte à tout ce qui, autour de lui, semble pouvoir le sauver de son malêtre.

Il devient accro à toutes sortes de manipulations pour lesquelles les « gens de pouvoir » et les vendeurs de rêves, sont très bien équipés.

Manipulation vs motivation

La motivation a bien le vent en poupe. Malheureusement.

La déviance de la motivation reste une autre forme de persuasion, qui fonctionne plus ou moins dans le temps. Elle fonctionne aussi avec les récompenses et les punitions. Elle est sensée redonner aux individus leur pouvoir de décision, de choix. Mais elle a tellement été récupérée par les mainstreams, la norme, les pressions sociales, elle s’est répandue à un tel point sur la planète, au travers des esprits les plus influents de ce monde, que personne ne sait plus ce qui est juste ou pas de faire, d’être, ou d’avoir.

La personne ou le système manipulateur ou motivateur, si je peux me permettre cette analogie, a les outils pour nous apeurer et nous angoisser de ne pas être reconnu, de ne pas avoir droit à la récompense, exactement comme l’éducation conditionne l’enfant.

C’est ainsi que l’enfant, est conditionné à devenir une certaine forme de personnalité, avec la peur au ventre de ne pas correspondre à ce qu’on attend de lui, est en train de devenir un adulte qui manque d’autonomie, de leadership, ne connais pas ses limites, et ne sait pas se comporter en accord avec son soi.

Le diviser pour mieux régner….

A force de se laisser dicter ce qu’on doit ressentir, on finit par ne plus savoir ce qu’on ressent réellement.

Le but est un désengagement plus ou moins total de la personne envers elle même.

Le regard se tourne vers l’extérieur, dans l’attente de la validation extérieure, de l’attention extérieure. Et c’est la descente aux enfers. La mise en place des maladies plante sa graine.

L’oubli de soi.

La porte ouverte à la moutonisation, à la lobotomisation. Et évidement, aux développement des colères, rancœurs et autres émotions qui ont été refoulées depuis tout petit.

La motivation et la manipulation sont des manières de toucher l’enfant en vous. Celui qui n’a pas pu régler des choses, qui est resté influençable, et de tendre à tout contrôler.

Enfant maltraité, adulte violent : le cercle vicieux

Comment nous, les humains, avons-nous appris à être violents envers d’autres êtres humains ? Apparemment, nous sommes prêts à accepter n’importe quelle excuse : couleur de peau, sexe, nationalité, idéologie, richesse….

« L’enfant vient au monde sans aucune ambition, sans aucune soif de pouvoir, sans l’idée qu’il est plus élevé, plus saint, supérieur. Il ne peut certainement pas être responsable. Ceux qui l’élèvent – les parents, la société, le système éducatif, les politiciens, les prêtres – le même gang continue de corrompre chaque enfant. Bien sûr, à son tour, il va corrompre… mais c’est un cercle vicieux. A partir d’où peut-on le rompre ?

J’insiste sur la condamnation des prêtres et des politiciens, car c’est de là qu’on peut le rompre. Condamner les jeunes enfants qui viennent au monde ne va pas aider. Condamner la masse du peuple ne servira à rien non plus, parce qu’elle a déjà été conditionnée – elle est en train d’être exploitée. Les gens souffrent, ils sont misérables. Mais rien ne les réveille – ils dorment à poings fermés. Le seul objet de nos condamnations devrait être centré sur ceux qui ont le pouvoir, parce qu’ils ont le pouvoir de contaminer les générations futures. Si nous pouvons les arrêter, nous pouvons avoir un homme nouveau. » (Osho – « The Circle Can Be Broken »)

Vous seul connaissez votre histoire.

Votre cerveau n’appartient qu’à vous. Votre corps recèle, dans ses milliards de cellules, l’énergie de toutes les expériences vécues. Personne n’a le droit de vous voler ce qui appartient à vous seul.

Mais c’est aussi à vous d’apprendre à connaître qui vous êtes. Pour ne plus vous laisser faire par ce qui n’est pas vous, profondément. A vous d’investiguer votre propre connaissance de vous même pour déceler les ressorts de votre boite magique.

Il existe de nombreux outils pour faire ça.

Nous sommes tous différents et nous pouvons donc, en faisant des expériences, trouver les outils qui nous correspondent le mieux. L’important est de faire le job de comprendre nos dysfonctionnements individuels, de les conscientiser, pour pouvoir les transcender.

Pas en changeant de costume, pas en achetant une voiture plus rapide, ni en invoquant Dieu. Mais en allant comprendre qui, à l’intérieur de soi ne se sent pas bien dans ses vêtements. Ou ressent que ça ne va pas assez vite.

Sortir de l’étiquetage généralisé et entrer dans les profondeurs de qui est déjà là…dans nos particularités. Et prendre la responsabilité d’être soi. Couper à la racine les prédictions, permet de puiser dans sa propre source et de renforcer son potentiel personnel.

Arrêter le cercle vicieux

Nous pouvons arrêter le cercle vicieux des mauvais conditionnements des enfants et des dysfonctionnements d’adultes plus tard, en travaillant sur soi, en tant qu’adulte.

Je vois comment mes clients changent de conscience de ce qu’ils sont, de ce qu’ils font. Changent la vision de la vie qu’ils ont ainsi que sur leurs enfants, en faisant un travail de connaissance de soi.

C’est ainsi que l’on peut aussi court-circuiter la contamination, les manipulations, les conditionnements pour les générations futures.

Ne pas sous estimer le pouvoir d’une transformation de nos croyances et de nos pensées.

Devenir plus autonomes, plus libres, plus authentiques. Et se laisser beaucoup moins malmener, par des politiques sans véritable objectif de santé, qu’elle soit mentale, physique, psychique ou spirituelle.

Le vrai secret de l’accomplissement, c’est d’être dans l’amour de soi.

Nous pouvons faire la nique à notre mental. Il n’est pas autre chose qu’une somme de stratégies de survie, apprises pour traverser nos blessures et nos traumatismes. Aider le mental à lâcher de son pouvoir sur nous. Il ne sert en réalité qu’à perturber le fonctionnement de notre corps et de notre émotionnel. Au travers de ses croyances et pensées limitantes, conditionnées et toxiques. Pour ouvrir les vannes, sortir de notre fameuse zone de confort, et entrer dans un nouvel espace de vie.

Mais ce travail ne se fait pas en reconditionnant le cerveau avec des motivations extérieures. Ni en laissant des messages subliminaux nous inséminer des besoins injustifiés, qui ne nous appartiennent pas, nous pourrir encore une fois la vie.

le travail sur soi vise à l’autonomisation et la libération.

La condition pour que ça marche est que la volonté vienne de l’intérieur de vous même. Tant que vous attendez d’être motivés par l’extérieur, vous vous faites simplement manipuler. Vous vous laissez persuader, plus ou moins, par les crédos de votre entourage, proche ou lointain. Vous vous éloignez de votre propre potentiel de choix. De votre libre arbitre.

Et vous êtes encore dans la peau de l’enfant que vous étiez. Celui qui attend de ses parents qu’ils nourrissent ses besoins. Souvent là où ils ne l’ont pas fait.

Personne ne peut autant que vous même, vous respecter au mieux. Personne ne peut autant que vous même, savoir ce qui est juste et bon pour vous.

Il s’agit de sortir des addictions propagées par les techniques d’influence. Elles fonctionnent toutes au niveau neurologique, en s’immisçant dans le cerveau, dans les zones subconscientes. Ces zones dans lesquelles nous avons depuis tout petit, rangé les souffrances pour ne plus en être les victimes. Elles visent toutes à modifier nos comportements pour mieux correspondre à ce que veulent les autres. Tout en jouant sur notre potentiel demandeur souffrant.

Ce qui ressemble à une véritable prise de contrôle de l’humain.

Vous pouvez toujours décider, choisir de vous reconnecter à soi même, à votre véritable nature. Faire ça en prenant soin des divers aspects de votre santé, en reconnectant avec l’amour, l’empathie, vos ressources, l’écoute, vos émotions, vos perceptions.

Ou bien aussi, décider de rompre la chaîne inéluctable de l’héritage des souffrances de votre ascendance, de vos ancêtres, de vos grands parents et parents, à condition de l’avoir conscientisé. A condition de savoir vous écouter et écouter la sagesse de votre corps.

Et ainsi, reconquérir votre pouvoir de choisir ce que vous voulez vraiment vivre…

Les risques du travail sur soi

…et entrer dans le véritable espace santé qui vous est donné de naissance.

Allez voir des spécialistes. Ces domaines requièrent une expertise sérieuse. Le seul intérêt du spécialiste doit être vous. Et le seul intérêt d’entamer un travail de connaissance de soi doit être vous même ; et la seule manière, c’est la relation directe et véritable de vous avec la personne experte.

Pour guérir les relations de manque, d’abus, d’injustice et de trahison que vous avez vécues enfant. Au contact très intime avec vos parents, parfois avec les maîtres et professeurs, voire les curés et autres adultes influents.

Le travail sur soi implique un risque évident. Celui de se rendre compte que vous avez fait fausse route depuis longtemps. Celui d’être obligé d’aller voir vos parts d’ombre:

  • de voir que vous avez en vous le pouvoir de vous libérer.
  • de devoir revivre, ne serait ce que pour s’en libérer, des moments difficiles que vous aviez envie d’avoir oublié.
  • de devoir admettre de vous sentir honteux(se), coupable, voire jaloux(se) ou rancunier(e), jugeant(e), ou dans le doute et la confusion, sans le vouloir vraiment.

Sortir de l’évitement, voire même de l’espoir, et entrer dans l’expérimentation de soi, dans la mise en lumière de qui vous êtes vraiment, permet de voir sa vie sous un autre jour. Et de laisser s’instiller la joie d’être et une meilleure santé.

Alors….toujours envie de vous laisser manipuler?

Et n’oubliiez jamais que le pouvoir de changer est entre vos mains!

Michelle Andrew

Thérapeute – Formatrice – Scanneuse

osetasante@gmail.com Tél : 06 09 105 201

si tu as besoin de parler avec moi directement, prends rendez vous:

https://calendly.com/michelleandrew/seancebilanprospect